6, place de l'Église
18120 Preuilly
Tél : +33 2 48 51 30 08
Courriel : Nous contacter

histoire1

Histoire, curiosités et traditions

  • Participez à la sauvegarde de la mémoire du village !
    Envoyez nous une copie de vos documents oubliés au fond de vos armoires (photos, diapositives, films ou vidéos du village, des conscrits, de l'école, d'une manifestation, articles de journaux, tracts commerciaux ou "politiques", peintures, bandes dessinées, affiches, etc).
  • Actualité: La commune a acquis récemment l'huilerie du village près de la poste, peut être pourrions nous en faire un petit éco-musée avec quelques bonnes volontés.
    Une petite vidéo d'un huilerie artisanale du Berry en activité
  • Contactez nous si vous trouvez des erreurs, imprécisions ou si vous avez des compléments d'informations à partager.

Films d'archive

 

Cartes postales et photos

 
 

Livres, Ouvrages et Musiques du cru


Il était une fois...Preuilly - 2008
Fernand Bugeon (1933-2014)
Un ouvrage indispensable pour
appréhender l'histoire de notre
village depuis la préhistoire.
Autoédition en vente à la mairie:
17€-115 pages, téléchargement
libre sans illustrations

TITI
ou L'histoire ordinaire d'un
homme ordinaire dans un
village ordinaire

Fernand Bugeon
Autobiographie
Non édité
en téléchargement libre


Rallie Saint Hubert ! - 2007
Honoré Guyot (1876-1964)
Michel Sicard (1954-2016)
Un hommage à la vénerie française
En Vente -ici- 48€ - 256 pages
 



12.99€

Le Monde Entier - Mars 2016
François BUGEON (1960)
Fils de Fernand BUGEON,
François a grandi sur
les rives du Cher à Preuilly.
Le Monde entier est son
premier roman publié.
En Vente -ici- ou -ici-
17.50€ - 176 pages


Les Échos de Preuilly - Août 1934
L.VÉNIAT (? - ?)
Journal satirique et humoristique
paraissant irrégulièrement à
l'époque de la création d'un
Syndicat d'Initiative très critique
des mœurs locales
Un seul numéro connu-4 pages

Le Blues du Berry - Janvier 2016
Frédéric Daubert (1975)
Gamin du village et fils de Patrick et Annick,
Fred devenu auteur, compositeur et
interprète a sorti son 2e CD de
chansons françaises.
CD 12 titres - 12€
En Vente à l'Agence Postale
 
Rémy Peyrat étudiant en histoire locale

Alors que l'on célèbre le 97ème anniversaire de l'Armistice du 11 novembre 1918, Rémy Peyrat, de Preuilly, et Paul Jouannet, de Saint-Martinien, deux élèves alors en hypokhâgne au lycée Madame de Staël, à Montluçon (Allier), ont réalisé entre octobre 2014 et mai 2015 un mémoire sur Preuilly à l'épreuve de la Grande Guerre (*) .
Pour l'étudiant preuillois, l'objectif était de montrer comment la commune avait vécu la Première Guerre mondiale et ce qui avait été mis en place pour le devoir de mémoire.

« Un devoir de mémoire à l'échelle communale »

 

L'apparition des premiers monuments aux morts date de 1870 mais c'est au sortir de la Première Guerre qu'il y a réellement eu une volonté de commémoration. « C'est la première fois que l'on va nommer les morts et les célébrer individuellement. Cette guerre a été un véritable tournant, une prise de conscience, explique Rémi Peyrat. Pourtant même après la guerre il n'y a pas eu de concertation entre les communes et l'État qui, de toute façon, était ruiné. À Preuilly, le devoir de mémoire s'est fait purement à l'échelle communale. »
Son histoire est singulière : le monument qui devait être situé à l'église et pour lequel la commune avait demandé l'aide de l'État a été jugé « trop commun » par ce dernier peu enclin à financer tous les monuments. « La municipalité a abandonné le projet initial et oublié l'aide de l'État. Le monument a finalement été érigé, en 1921, place de la République. Une plaque a, également, été apposée à l'église. »
Un travail de longue haleine pour les deux étudiants qui ont notamment appuyé leurs recherches sur le site Mémoires des hommes et épluché les registres municipaux, encouragés et aiguillés dans leurs démarches par leur professeur d'histoire Pascal Gibert. « On s'est aperçu qu'il n'y a pas eu que des morts au combat, il y a eu aussi des morts suite à des maladies. Cela nous permet de voir, au XXI e siècle, comment les choses ont évolué. Cela parait loin mais cela ne fait que cent ans. On s'est rendu compte à quel point cela a été un véritable traumatisme, que tout le pays a été touché et que le devoir de mémoire était primordial. »

(*) Le résumé du mémoire est consultable sur leberry.fr.
Laurence Desserey
Correspondante du Berry

 

Patrimoine Communal

L'huilerie

L'huilerie en 2015. Elle mérite bien une remise en valeur...

Entre 1940 et 1968, à Preuilly, Henri Sirop, cultivateur, avait exercé également la profession d’huilier. L’huilerie, encore existante, se trouve dans une petite maison rurale au cœur du village.

Henri est né à Quincy, au café de La Croix-Blanche, il commença à travailler dès l’âge de 14 ans, avec son père. Leur activité était diversifiée (agriculture traditionnelle et viticulture) mais ils possèdaient aussi deux alambics et l’huilerie de Preuilly.
A cette époque, la journée d’Henri Sirop débute dès 5 h du matin. Tout d’abord, il passe chez ses clients, qu'il réveille parfois pour le ramassage des noix.

Henri est accompagné d’un commis car il faut être deux pour assurer quelques « vingt passes » par jour ; une passe permettant de fabriquer de l‘huile à partir de 20 kg de cerneaux. Parfois le client apporte à l’huilerie ces cerneaux, mais Henri était obligé de faire cette tournée matinale car, bien entendu, tous n’avaient pas de moyen de transport.
L’huilerie est équipée d'une meule en pierre qui au début du siècle était actionnée par un cheval. L’électrification, naturellement, viendra plus tard. La meule est constituée d’une roue tournante, légèrement conique d’environ 60 cm de largeur, d’un mètre trente de diamètre, et d’un poids d’une tonne et demie. Elle tourne sur deux pierres à plat, en demi-lune, qui, à elles deux, pèsent trois tonnes. C’est de la pierre de Villeneuve-sur-Cher, elle a la particularité de ne pas geler.
La seconde étape de fabrication consiste à récupérer la pâte de cerneaux ainsi obtenue et à la mettre dans la «casse» pour une cuisson d'environ 30mn. L’opération se termine en mettant la pâte dans une presse; la pression est de 30 tonnes pour voir enfin l’huile s'écouler dans des pots en grès.
Vingt kilos de cerneaux donneront environ dix litres d’huile, mais pour Henri, le meilleur rendement est donné par des noyers qui poussent sur roche, et en terrain calcaire: on peut alors aller jusqu'à dix litres et demi et la qualité de l’huile est encore meilleure.
L’huilerie fonctionne pendant la période hivernale de décembre à février. La journée d’Henri se termine aux alentours de 20 h, et c’est après ce dur labeur qu’il peut enfin, avant de rentrer chez lui, s'arrêter au café du village, chez Jean Sorbe. Les enfants de l'école proche viennent souvent «fouiner » à l'huilerie pour manger en catimini la pâte de noix fraîchement pressée et encore chaude.
Aujourd’hui, l’huilerie est à l’abandon et ils sont quelques amoureux du patrimoine sur Preuilly et sur le canton à espérer qu’elle pourra être restaurée, préservée et visitée, voire pourquoi pas reprendre un jour du service...
Il eut été dommage de ne pas préserver le savoir et l’histoire d’un homme qui parlait de son métier avec un bonheur d’enfant, désireux de le transmettre. Henri Sirop laissait transparaître un joyeux bien-être, son visage s’éclairait à parler de son passé.

Il n’existe plus que trois huileries en activité à ce jour dans le Cher, celle de Dun-surAuron reprise récemment par un jeune couple, celle de Pesselières à Jalognes et celle du Souchet à Subligny.

 

Le moulin

Cette vue du Moulin de Preuilly est la seule existante avant qu'il ne brûle en 1898

Pas facile à voir, le moulin de la Braye. Cachée dans la verdure, près du Cher, cette ruine imposante est pourtant là depuis huit cents ans. A Preuilly on voudrait bien qu'il sorte de l'oubli...

Cachés au cœur de la verdure, au bout d’un sentier, près de la rivière le Cher, les vestiges imposants du moulin de la Braye ont encore fière allure. Pourtant, ce morceau du patrimoine preuillois est laissé à l’usure du temps, et de l’eau qui au gré de ses hauts et de ses bas, vient lécher les vieilles pierres. C’est qu’il faudrait une manne assez importante pour arriver à redonner un bon état à ce moulin dont ne subsiste aujourd’hui qu’une partie des murs et un pan de bâtiment.

Les bonnes volontés sont là. Mais comment faire? Fernand Bugeon ancien maire, aujourd'hui décédé, ce féru d’histoire (de la grande, mais aussi de celle qui touche sa commune) s’était plongé dans les recherches afin de mieux connaître l’histoire de cette bâtisse. Pour lui, ce lieu oublié se devrait d’être mis en lumière. Ses recherches l’ont conduit jusqu’en 1177 époque où le bourg a été donné par les religieux, au seigneur de Mehun-sur—Yèvre, lors du chapitre de saint Austrégésile. « Il y avait dans ce bourg un moulin, mais est-ce celui qui reste ? ». La question reste en suspens.
Par contre, en 1231, les archives évoquent l’existence du moulin actuel. « ll devait y avoir un meunier salarié des chanoines. Mais l’énigme reste quant à savoir pourquoi il a été concédé au seigneur de Mehun ».
Du haut de sa roue, il verra les frasques de l’histoire. Et jusqu’au XV° siècle il sera dénommé le moulin du chapitre. Puis il deviendra le moulin de la Braye car il existait une métairie au cœur du fief des chanoines. « Le duc Jean avait une douzaine de chevaliers qui le suivaient partout. Deux étaient de la région, Jean de La Braye et Jean du Tramblay. Il a peut être peut-être fait cadeau du moulin de Preuilly,d’où le nom ».
En 1871, c’est Jean Brunet, natif de Quincy qui rachète le moulin, mais il semble plus interressé par les terres et les bâtiments agricoles concédés que par le moulin qui avait déja, sans doute, perdu de son importance . En 1898 un incendie le ravage. Il ne restera que les murs et les fondations. Puis au début du siècle, c’est mademoiselle Louise de Bourbon, propriétaire de Villeperdue qui achète les restes du moulin et ses dépendances. « ll était alors question de faire un pont prolongeant la route de Cerbois qui aurait pu traverser sa propriété. Chose qu’elle ne voulait pas ». Elle fait construire une nouvelle digue en 1910 en remplacement de l'ancienne mais elle s'en tiendra là et le moulin ne sera pas relevé.
En 1962 les services de l'équipement prétextant le nettoyage du lit du Cher pour faciliter le passage des crues démollissent cette digue en très bon état, qui n'avait jamais servi et à laquelle il ne manquait que des vannages pour être mises en sevice. On reconnait moins de zèle à nos technocrates et politiques contemporains pour entretenir notre "Cher" rivière. Puis l’eau a coulé et le temps a fait son œuvre. Pourtant il semble, d’après l’historien mehunois Philippe Bon, qui s’est penché sur ces pierres, que seulement deux autres moulins en France sont aussi vieux. C’est justement pour cela, qu’à Preuilly nous aimerions faire en sorte de maintenir au moins l’existant en état.

Marie-Noëlle Porte,article du Berry Août 2000, plus de précisions dans l'ouvrage de F.BUGEON

 

Les élections municipales du 6 mars 1983

Les élections municipales du 6 mars 1983 ont vu une véritable confrontation parfois physique entre deux listes et restent encore ancrées dans la mémoire des habitants.

Pour la première fois une liste d'opposition se confrontait au maire sortant issu d'une longue lignée familiale bourgeoise qui a fourni des maires au village pendant plus d'un siècle.
Preuilly est alors en pleine ébullition et des noms d'oiseaux ont commencé à fuser. Trahison! Des conseillers sortants ont créé un nouvelle liste avec des habitants remontés et prêts à en découdre. Parmi leurs partisans certains se sont trouvés des dons d'écrivains publics, de dessinateurs satiriques ou de chansonniers.
Voilà un tract politique, grinçant mais non sans humour, qui fut distribué dans les boites aux lettres la veille des élections:

Les résultats du second tour proclament la victoire de la nouvelle liste et d'un nouveau maire, une page de l'histoire politique de Preuilly est tournée et de nouveaux projets vont naître (ou pas) mais là, c'est une autre histoire...

La liste des maires qui se sont succédés depuis 1792:

La commune compte 21 maires depuis la Révolution Française, le premier était un prêtre qui avait prêté serment à la constitution.

Période Maire de Preuilly
Depuis Juillet 2015 Rose-Marie BEGHIN
première femme maire élue
(retraitée)
De 2014 à 2015 Pierre BUGEON
(retraité et neveu de Fernand)
De 1998 à 2014 Jean-Paul HOCHEDEL
(retraité)
De 1995 à 1998 Michel MOREAU
(retraité)
De 1983 à 1995 Fernand BUGEON
Entrepreneur
De 1957 à 1983 Pierre SICARD
(gendre d'Honoré GUYOT) Conseiller Général et Sénateur
De 1945 à 1957 Honoré GUYOT
Conseiller Général
De 1944 à 1945 Jules CHAPUT
proriétaire
De 1943 à 1944 C'est la guerre...
pas d'élection
De 1904 à 1943 Honoré GUYOT
(gendre de Charles Chenu et beau frère de Raoul)
De 1892 à 1904 Jean GAMARD
Propriétaire du domaine de Saint Satur
De 1884 à 1892 Raoul CHENU
(le fils du précédent)
De 1881 à 1884 Charles CHENU
(le même)
De 1878 à 1881 Arthur MARCANDIER
(le même)
De 1876 à 1878 Charles CHENU
élu (le fils de Michel)
De 1874 à 1876 André FERRANT
fermier
De 1860 à 1870 Arthur MARCANDIER
(le fils du précédent)
De 1855 à 1860 Abel MARCANDIER
grand propriétaire du fief de Billerat, de la ferme de Boisboisseau et du fief de Senay, nommé
De 1852 à 1855 Antoine THEURIERE
(liens filiaux: Deprez, Gaultier, Gamard)
De 1848 à 1852 Michel CHENU
premier élu par le conseil
De 1831 à 1848 Michel CHENU
(petit fils du précédent)
De 1828 à 1831 Louis LACROIX
notable meunier
De 1818 à 1828 Pierre CARTONO
notable
Du 20 septembre 1814 à 1818 Alexandre Marie GASSOT Vicomte de FUSSY **
De 1807 à 1814(?} Philippe GAULTIER
De 1799 à 1807(?} Michel CHENU
grand propriétaire de La Motte et du Coteau
De 1794 à 1799(?} Jean DEPREZ
Philippe GAULTIER, fermier à Sennay
De 1792 à 1794(?} M.FRÉMONT
ancien curé, premier maire

** Nommé maire de Sainte-Thorette au mois d'août 1811, puis de Preuilly en 1814, il administra simultanément ces deux communes jusqu'au 20 juin 1817. Il fut nommé maire de Bourges du 28 mars 1818 au 8 février 1822. Conseiller général en 1821, il est député du Cher de 1824 à 1830, siégeant dans la majorité soutenant les ministères contre-révolutionnaires. Il est sous-préfet de Sancerre en 1824 et préfet de la Creuse en 1828 puis préfet de l'Indre. Il quitte ses fonctions en 1830.(1780 - 1858)

 

La naissance de la commune en tant que telle remonte au XIe siècle. Puis, au XIIe siècle, le maire fait son apparition. En effet, dès lors que la commune était reconnue juridiquement et politiquement, il lui restait à se doter de représentant. Selon l’époque et les lieux, on parlera de pairs, d’échevins ou de conseillers.

L'administration municipale de l'ancien régime reste sous le contrôle de l'intendant général (un peu l'équivalent de nos préfets) jusqu'à la Révolution française.

- De 1789 à 1799, la Révolution française. Les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour 2 ans.
- De 1799 à 1871, les maires sont nommés par le préfet sauf de 1848 à 1851 (Seconde République).
- De 1871 à aujourd'hui, les maires sont élus par le conseil municipal, lui-même élu par les habitants.

Recherches en cours:
- Les textes d'une chanson créée à l'occasion des élections de 1983
- Des photos et films privés anciens de la plage, du camping et des animations sur le plan d'eau

Remontez le temps avec les cartes IGN| Aller sur le site IGN |




Cliquez sur les volets de comparaisons à droite et faites glisser le triangle bleu

 

Utilisez les touches droites/gauches et espace (pause/continuer) pour naviguer et cliquez pour agrandir

La Saint Vincent

Les vignerons du Berry célèbrent leur patron autour de la date du 22 janvier. La Saint-Vincent, c'est une fête traditionnelle et populaire que nous vous proposons de mieux connaître, de "A" comme "appellation" à "V" comme "vin".

Les Saint-Vincent, il y en a, fin janvier, dans de nombreux villages du Berry, terre de vigne. Détaillons la tradition et les différences qui peuvent exister selon les communes.

A



comme appellation

Qu'ils fassent du Sancerre, du Menetou-Salon, du Reuilly, du Quincy ou encore du Châteaumeillant, les vignerons fêtent leur patron en début d'année.


Saint-Vincent 2016 à Preuilly, dans l'AOC Reuilly

B



comme bâtonnier

C'est lui qui est chargé de porter le bâton, de diriger la procession... C'est "le maître de cérémonie", résume Michel Saint-Just, de la confrérie Saint-Martin, Saint-Genest et environnants (Châteaumeillant).


Saint-Vincent à Verdigny, en 1997

C



comme calendrier

La Saint-Vincent, c'est le 22 janvier. Mais certaines communes la célèbrent un peu avant ou après. Que ce soit pour ne pas que les fêtes se chevauchent ou bien pour l'organiser le week-end.

D



comme désignation

Le bâtonnier change chaque année. Comment est-il désigné ? Ça dépend des endroits. Dans la plupart des villages, ça tourne, sans ordre vraiment défini. Mais parfois, il y a des règles. À Sancerre, c’est l’ordre alphabétique qui prévaut. Dans le petit village voisin de Bué, c’est l’âge des vignerons qui est pris en considération.

E



comme exception

À Menetou-Salon, on ne célèbre pas saint Vincent. La commune (et d'autres de l'appellation) a choisi de fêter saint Paul. Pour Denis Cousin, vice-président de la confrérie, il est probable que cela vienne d'une volonté de se démarquer de Sancerre. Mais attention, ce n'est pas la date de la Saint-Paul qui a été choisie : "C'est en juin. Aucune fête patronale agricole n'a lieu à cette époque. Les gens sont occupés dans les champs." C'est donc la conversion de Saint-Paul qui est utilisée, le 25 janvier.

F



comme fête

La Saint-Vincent, c'est une bonne occasion pour les vignerons de se retrouver pour faire la fête, avec les habitants de la commune. Et si elle dure aujourd'hui un ou deux jours, la fête pouvait être bien plus longue autrefois : "Dans les années 1950 et 1960, c'était toute la semaine, les habitants se rassemblaient chaque jour", rappelle François Charpentier, président de l'Association Vigneronne de Bois-Saint-Denis, à Reuilly.

G



comme galette

C'est un des rôles du bâtonnier : offrir la galette. "À l'origine, c'est une galette tout ce qu'il y a de plus simple, très sèche, qui se casse, explique François Charpentier. On ne peut pas dire que ce soit très bon mais ça permet de boire un coup. Enfin aujourd'hui elle s'est améliorée, on met plus de beurre. Ça coule mieux !"

H



comme hommes

La tradition a évolué avec le temps. À une époque, dans certaines communes, la célébration était réservée aux hommes. C'était le cas pour la Saint-Paul de Menetou-Salon.

I



comme intronisation

Certaines confréries profitent de l'événement pour procéder à des intronisations.

L



comme longévité

La Saint-Vincent organisée samedi 24 janvier à Sainte-Gemme-en-Sancerrois est un peu particulière : la confrérie fête cette année ses cent trente ans !

M



comme messe

Une messe est célébrée en l'honneur de saint Vincent, afin de bénir les viticulteurs et les vendanges à venir. Mais ce n'est pas le cas partout. À Reuilly, il n'y a pas de messe pour la Saint-Vincent, explique François Charpentier. Mais il y en a une pour la Saint-Vincent-Saint-Blaise organisée par une autre confrérie.


La messe de la Saint-Vincent de Preuilly

O



comme origine

Pourquoi saint Vincent est-il le patron des vignerons ? Denis Cousin l'assure : Vincent n'a à la base rien à voir avec la vigne", tout comme saint Paul fêté dans sa commune de Menetou. Le choix serait phonétique, Vincent devenant "vin sang". On retrouve le vin, symbole du sang du Christ.

 

P



comme procession

Le défilé vers l'église est mené par le bâtonnier. Dans certaines communes, les costumes et instruments traditionnels sont de sortie.


Procession en direction de l'église de Preuilly, le 22 janvier 2015

R



comme regroupement

Pourquoi saint Vincent n'est-il pas fêté une seule fois sur le territoire de chaque appellation ? François Charpentier, de Reuilly, n'est pas contre l'idée d'une "Saint-Vincent tournante, comme ça se fait en Bourgogne. Ce serait bien, une grande fête pour l'appellation."Mais est-ce réalisable ? "Une fête unique, on y a pensé, mais ce serait trop énorme, juge Marie Boutron, du domaine de la Chézatte, à Sainte-Gemme-en-Sancerrois. Ce serait sympa mais on est quatre cent cinquante viticulteurs sur l'appellation. Si chacun invitait sa famille, ses employés... À mettre en pratique, ce serait trop compliqué."

S



comme soirée

La Saint-Vincent se termine traditionnellement par un repas et une soirée dansante.

V



comme vin

Évidemment, la Saint-Vincent est une belle occasion de goûter le vin, accompagné de la galette.


La Saint-Vincent de Preuilly se poursuit dans la salle des fêtes

Rémi Cazamea - le Berry Républicain (23/01/2015 hors photos)

Voilà une question intrigante quand on connait la proximité et la continuité géographique des deux lieux.

quincy-reuilly
  • QUINCY est une appellation historique du Val de Loire, qui fête en 2016 ses quatre vingt ans d’Appellation contrôlée. Le décret conférant à Quincy sa qualité d’Appellation fût en effet promulgué le 06 Août 1936, après les replantations consécutives au phylloxéra, à la suite d’un long travail de sélection du Sauvignon au sein du vignoble et grâce à la perséverance d'Emile Roux, président du syndicat viticole. Ce fût ainsi la première A.O.C. reconnue en Val de Loire.
    Cette appellation est réservée aux vins tranquilles blancs et s'étend sur la commune de Quincy et une partie de la commune de Brinay .
  • REUILLY est une AOC, reconnue par décret en 1937 pour les vins blancs (issus du sauvignon) et en 1961 pour les vins rouges et rosés (issus du pinot noir et du pinot gris ). Elle s'étend sur les communes de Chéry (18), Lazenay (18), Diou (36) et Reuilly (36) depuis 1937, Cerbois (18), Lury-sur-Arnon (18) et Preuilly (18) depuis 1973.
    Les vignobles de Reuilly sont assis sur une série de petites collines qui chevauchent les deux rives de la rivière L'Arnon. La seule exception à cette règle est la commune de Preuilly, qui est située à dix kilomètres à l'ouest sur la rive gauche de la rivière Le Cher

Et voici le fruit d'une enquête d'un érudit anglais, fin connaisseur des vins de Loire Richard KEYLLEY (parce que nul n'est prophète en son pays) dont le site est truffé de détails que l'on ne trouve pas ailleurs et qui propose quelques réponses dont je vous traduis un extrait:

"Une anomalie qui ne peut être ignorée est l'omission du village de Preuilly dans le décret d'appellation de 1936.
Comme la carte l'illustre, ses vignobles se situent sur ​​le même axe nord-sud comme celles de Quincy et Brinay, bénéficiant du même climat, du même sol et la même orientation."

"Alors pourquoi Preuilly a été exclu de l'appellation Quincy en 1936?"

"Des réponses au cours de mes recherches sont arrivées à diverses théories, mais elles semblent se résoudre essentiellement autour d'un conflit entre deux hommes: le maire entrepreneur de Quincy et le maire communiste engagé de Preuilly (Sic, preuilly n'a jamais eu de maire communiste, Honoré se retourne dans sa tombe). Les deux protagonistes avaient manifestement peu d'accord et il semble que les vignerons de Preuilly aient refusé les avances de leur voisins. Certains commentateurs estiment que les producteurs ont été contactés, mais sans concertation. De toute évidence, il est dommage de ne pas comprendre les avantages potentiels à long terme d'appartenir à l'initiative naissante d'une Appellation Contrôlée.
Quelle que soit la raison, Preuilly est resté dans le désert viticole - production d'un humble Vin de Table durant les 37 prochaines années - jusqu'à ce que la commune soit invitée à faire partie de l'appellation Reuilly en 1973.
Il est des décisions politiques comme celle-ci qui portent atteinte à la crédibilité des AOC, avec des cyniques naturels (comme moi) qui ont besoin de regarder au delà du le lieu-dit Mirebeau - scission entre les deux communes de Quincy et Preuilly - pour mettre en évidence ces hypocrisies. Du lieu-dit Mirebeau, la moitié nord (situé à Quincy) est plantée en Sauvignon tandis que la moitié sud (Preuilly) est surtout en Pinot Noir.
Le village de Preuilly compte environ 400 habitants et alors qu'un seul vigneron y réside, il représente environ 20% de la production des deux Pinots. Tout ceci est ridicule."

Je dirai même loufoque!
Continuons la traduction du fameux Richard qui n'est pas dupe mais curieux:

"Alors que les viticulteurs ont exploité le Quincy, un certain nombre de producteurs indépendants de l'appellation ont tourné leurs intérêts vers l' achat et la location de terres sur l'appellation Reuilly (à Preuilly en particulier). On aurait pu penser que, avec la proximité des uns et des autres il y aurait eu, historiquement, beaucoup d'amélioration dans le croisement des deux appellations, mais seule la jeune génération de producteurs a traversé la frontière et ceci le plus souvent dans un seul sens (il y a un seul producteur AOC Reuilly qui est actif dans Quincy), la raison étant que les producteurs de Quincy sont limités à la production de vin blanc seulement. En exploitant les droits du Reuilly, ceux-ci peuvent au moins compléter leur mono-cépage en proposant du rouge et du rosé. Encore une fois tout ceci est essentiellement une décision commerciale."

Ces commentaires n'empêche pas Richard Kelley d'apprécier énormément nos vins de Loire et de les vanter outre-Manche, ouf!

Pour complémenter ces infos, j'ai rencontré Olivier Cromwell, dit "Lili", ancien viticulteur à la retraite qui m'a confirmé que c'est son père en 1936 qui refusa l'appellation pour des raisons financières. Mal lui en a pris, Quincy refusera dorénavant d'intégrer Preuilly au Quincy malgré de multiples demandes les années suivantes.

 

(à suivre)

Agendaen savoir +

  • Collecte des déchets ménagers

    Vendredi 03 Novembre 2017

  • Collecte des déchets ménagers

    Vendredi 29 Décembre 2017

  • Collecte des déchets ménagers

    Vendredi 05 Janvier 2018

Petites AnnoncesAccéder

NewsletterAbonnez vous

Recherche

Contactfg+

Mairie de Preuilly
6, place de l'Eglise
18120 PREUILLY
Tel : 02 48 51 30 08

Formulaire de contact


Haut
de
page